Les SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) ont été mis en place suite à la loi sur l’eau de 1992 qui définit l’eau comme "patrimoine commun de la nation".

Vous trouverez toute l'information sur le SAGE des 2 Morin en cliquant sur le lien ci-dessous:

https://www.sage2morin.com/frame.html

La zone artisanale des Moulins est un ensemble accueillant le dépôt de bus Transdev de Pont-aux-Dames ainsi que quelques petites et moyennes entreprises. Vous trouverez toute les informations en cliquant sur les photos du répertoire ci dessous.

Cette zone d'activité dispose d'un espace actuellement inexploité de près de 2ha.

 

Menuiserie industrielle Alu & Acier

Top Metal System

Menuiserie Alu & Acier

AMC

 

Vente-Achat Automobiles

SICAM

Collecte & Traitement des déchets

Opti Environnement

Démolition & Traitement des déchets

BARLIER

 

 

"La participation citoyenne" est un système de protection réciproque, avec des actions partenariales (Gendarmerie/Population) susceptibles d’amplifier l’efficacité de la prévention de la délinquance.

Basé sur la solidarité de voisinage, ce dispositif vise à permettre le développement d’un comportement de nature à mettre en échec la délinquance. Sous le contrôle de l’Etat, avec la signature d’une convention (Etat/Gendarmerie/Mairie) des « Référents », volontaires et choisis par quartier, diffusent des conseils de prévention à leurs voisins et alertent la gendarmerie et la commune de tout fait suspect ou troublant.

Ces « Voisins Vigilants » ne pourront toutefois pas se prévaloir de prérogatives administratives ou judiciaires et ne pourront en aucun mettre en œuvre un dispositif de contrôle de leur secteur. En outre, les « Référents », en relation directe avec la gendarmerie relaient auprès de la population la circulation de l'information et la diffusion de conseils préventifs des cambriolages et autres faits signalés par la gendarmerie.

Depuis 2015, la municipalité a engagé une action devant aboutir à la signature d’une convention tripartite pour la mise en place de la Participation citoyenne au sein de notre commune. La première action fut l’organisation d’une réunion publique, au cours de laquelle, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Coulommiers, assisté du commandant de la brigade territoriale autonome de Crécy-la-Chapelle et du référent sureté du groupement de gendarmerie de Seine-et-Marne, ont présenté le dispositif mis en place progressivement depuis 2005 et régi par une circulaire depuis le 22 juin 2011 à plus d’une soixantaine de Colliaciennes et Colliaciens.

A l’issue, et au fil des mois, des colliaciens se sont portés volontaires pour faire partie de ce dispositif. Aujourd’hui, la convention est rédigée. Elle devrait être prochainement signée par les représentants de l’Etat, de la Gendarmerie et de notre commune.

Si vous souhaitez participer à cette démarche, vous pouvez, vous présenter à la mairie ou contacter cette dernière par mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lors de la mandature 1995-2001, l'équipe municipale avai décidé d'élaborer une médaille du village, censée intégrer les symboles principaux de notre commune. Cette médaille a ensuite été réalisée en métal et depuis, chaque année lors des voeux de la municipalité ou lors d'une occasion particulière, cette médaille est attribuée pour honorer et récompenser les personnes qui, de par leurs actions, quel que soit le domaine de ces actions, ont été particulièrement bénéfiques pour le village et ses habitants. 

Cette médaille reprend les principaux thèmes et sites importants de notre village :

  • l’église St-Georges, monument classé par les monuments historiques,
  • la statue "La vierge et l’enfant",
  • la Maison de Retraite des Artistes de Pont-aux-Dames,
  • le barrage du grand-Morin au niveau du Moulin de La Sault,
  • les bois qui constituent un élément important de notre environnement.

 

Nous vous fournissons la liste des personnes ayant reçu cette distinction et leur domaine d'actions.

Robert Vallin Maire de la commune de 1971 à 1995
Charles Juvigny Artisan maçon, ayant rendu de nombreux services au village
Jacques Mousset Historien du village
Jean-Marie Lemercier

Président de la Compagnie d'Arc et orgnisateur depuis 1991 du
Téléthon à Couilly Pont-aux-Dames, pour son implication dans la vie associative locale

Jean-Yves Cornet Employé des Services Techniques de la commune
Michel Wigenhauser Président de l'Associaiton des Anciens Combattants
Sylviane et Fernand Dumesnil Présidents de l'Associaiton des Anciens Combattants
Jacques Adam Membre actif de l'Assocation des Anciens Combattants
Pierre Blondeau Président de l'Associaiton des Anciens Combattants
Louis Vaudescal Elu municipal depuis 1995 - Ayant rendu à titre privé de nombreux services à la commune
Ghislaine Bland Elue municipale de 1995 à 2001, Présidente pendant 25 ans du Comité des Fêtes
Djamel El Mellah Adjoint au maire aux finances de 1995 à 2001, puis de 2006 à 2014.
Marie-Claire Tebast Directrice Générale des Services, Employée pendant 23 ans.
Luc Van Haverbaeck Fondateur du Groupe Médical du Morin, Ancien médecin du village
Christine Sachy Médecin généraliste du Groupe Médical du Morin
Martin Taberlet Médecin généraliste du Groupe Médical du Morin
Eric Bertheney Médecin généraliste du Groupe Médical du Morin
Jean Godefroy (post.) Fondateur du Groupe Médical du Morin, Ancien médecin du village
Yves Caley Président de l'Associaiton des Anciens Combattants
Anne Besnault Institutrice puis Professeur des écoles à l'école Fabre d'Eglantine pendant 31 ans.

"Opération Tranquillité Vacances »

 

La police municipale surveille votre résidence pendant vos vacances...

 

La Police Municipale de Couilly Pont aux Dames vous offre gratuitement la possibilité de faire surveiller votre bien d’habitation durant vos vacances. Une fiche de renseignement est disponible auprès de l’accueil de la Mairie. Ce document confidentiel est traité par la Police Municipale qui déclenche des passages aléatoires de jour comme de nuit dans le cadre de la surveillance générale. L’information est relayée vers la Brigade de Gendarmerie territorialement compétente de Crécy la Chapelle afin d’optimiser les sécurisations.

Une description synthétique de cet Espace Naturel Sensible, et des difficultés de constituer une frayères à brochets à cet endroit précis.

UN PROJET ENVIRONNEMENTAL : LA FRAYERE A BROCHETS

  • Historique  : Lors de sa séance du 1er février 1999, dans le cadre de sa politique des Espaces Naturels Sensibles, le Département de Seine-et-Marne définit, en accord avec les communes de Couilly Pont aux Dames et Crécy-la-Chapelle, un périmètre de préemption départementale commun sur la rive droite du Grand Morin : « la frayère du marais » composé de 3 parcelles. Le Département a acquis ces parcelles en 2002 et 2006. Leur aménagement a été effectué pour permettre en principe l'immersion de cet espace lors de crues ou de montées de la rivière, pour permettre aux brochets d'y entrer pour s'y reproduire. Ce projet a coûté à l'époque 300.000€.
  • Situation/Présentation  : Situé en rive droite du Grand Morin, l’espace naturel sensible « la frayère du marais » s’étend sur une superficie voisine de 7 Ha sur les communes de Crécy-la-Chapelle et de Couilly-Pont-aux-Dames. En communication avec la nappe du Grand Morin, ce site est constitué d’une roselière, d’anciens canaux de drainage d’une peupleraie décimée par la tempête de décembre 1999 et d’un cordon boisé en rive du Grand Morin. Cette proximité avec la nappe du cours d’eau lui permet d’accueillir quelques espèces floristiques typiques des zones humides telles la laîche des marais, la stellaire aquatique, la grande consoude et la menthe aquatique.
  • Enjeux : Longtemps considérées comme insalubres, les zones humides sont des milieux remarquables, présentant une grande diversité d’écosystèmes. Elles assurent des fonctions hydrauliques, biologiques et climatiques vitales. Mais depuis près d’un demi-siècle, les mutations économiques, sociales et agricoles connues en France ont profondément nuit aux milieux humides. Ces endroits naturels, jouant un rôle fondamental dans le cycle de l’eau, ont subit deux tendances inverses qui ont causé la fermeture et la banalisation du milieu : la surexploitation par drainage, plantation, remblais ou à l’inverse, l’abandon des usages traditionnels qui s’y exerçaient. On estime ainsi que les deux tiers des zones humides françaises ont disparu en un siècle. Sachant que 50% des espèces d’oiseaux dépendent de ces zones humides et que 30% des espèces végétales françaises y sont inféodées, il est indispensable de les protéger et de les reconquérir.

Par sa situation en contrebas de la rivière du Grand Morin et de la voie SNCF, l’Espace Naturel Sensible « la frayère du Marais » constitue une réserve hydraulique indispensable à la régulation des crues du Grand Morin et à la recharge de la nappe phréatique. La crue du Grand Morin est très brutale : la rivière monte très vite surtout depuis la mise en place de nombreux drainages agricoles et les constructions toujours plus nombreuses sur les plateaux amont ; mais le niveau de l’eau redescend également très vite. Les inondations sont donc de courtes durées ce qui limite leur intérêt biologique. La submersion du site se fait actuellement de manière brutale.

En conclusion, l’aménagement des parcelles départementales constituant le site « la frayère du marais » en lieu de stockage des hautes eaux du Grand Morin, devait permettre de retrouver localement les fonctions positives de ces crues sur les milieux riverains (apport de limons, limitation des repousses ligneuses, recharge de la nappe, maintien d’une humidité favorable à de nombreuses espèces telles que les amphibiens, odonates…et zone de frai du brochet). De plus, la valorisation écologique de ce milieu passe par son ouverture et son retour à la prairie humide originelle, tout en conservant quelques arbustes et arbres afin de respecter le statut boisé du site. Les peupliers ont ainsi été coupés mais les autres espèces ligneuses présentes ont été conservées ; en particulier les frênes, merisiers, noyers et noisetiers. 

En concertation avec la Fédération de pêche de Seine et Marne, la DDAF 77, le service de la navigation, les communes et les propriétaires riverains concernés, et le conseil supérieur de la pêche, le Département de Seine et Marne a conçu l’aménagement de ce site suivant 2 objectifs :

  • restaurer une zone humide pour retrouver les espèces emblématiques de ce milieu et plus particulièrement pour permettre le frai des brochets ;
  • l’ouvrir au public en rétablissant le cheminement entre les deux communes.

Les travaux ont essentiellement consisté en la suppression des peupliers, le terrassement d’une aire permettant le frai des brochets, la prolongation d’un ancien canal de drainage en canal d’alimentation en eau, la pose d’une vanne, la restauration d’un chemin en contrebas de la voie ferrée… Le site doit en principe être immergé progressivement et non plus brutalement comme le montrent les schémas ci-dessous.

  • Effets attendus sur les crues  : Nous tentons ici d’illustrer les effets sur l’inondabilité de la zone. On peut voir à droite que l’inondation du site s’effectuera progressivement avec la montée des eaux du Grand Morin, alors qu’aujourd’hui, les inondations surviennent à une certaine côte : avant pas d’inondation, après tout est inondé. L’eau se retire ensuite plus vite actuellement, ce qui rend quasi impossible le frai des brochets.
Situation antérieure Situation attendue
Il faut actuellement attendre la côte de 48 mètres pour observer les mêmes effets hydrauliques de cette zone. L’inondation observée actuellement est très brutale et donc néfaste d’un point de vue écologique. Dès la côte du Grand-Morin de 47,5 mètres atteinte, des volumes d’eau sont retenus dans l’espace de frai. L’inondation obtenue est ainsi beaucoup plus douce...

Tout le fonctionnement de ce dispositif s'articule autour d'un événément indispensable : l'entrée du Grand Morin dans l'espace de frai notamment lors des crues. Dans les faits, un barrage situé sur le site de l'ancien Moulin de Hérouin en aval (Moulin aujourd'hui disparu) s'est effacé, induisant un abaissement général du niveau moyen de la rivière en amont, des désordres au niveau des berges, au niveau des fondations d'un autre moulin (Moulin de la Sault) et de ses prorpes vannages eux-mêmes détériorés. Au final, un abaissement moyen de plus de 1 mètre du niveau de la rivière a été constaté ! La conséquence est que les montées de la rivières au-delà du niveau de la côte de 47,50m sont plus rares ou s'opèrent à l'occasion de crues violentes sans intérêt pour les brochets et leur reproduction. 
La conclusion est hélas ( et le paradoxe bien douloureux pour les tenants de la restauration du libre cours des rivières pour permettre aux poissons de remonter les rivières notamment pour se reproduire) qu'aujourd'hui, du point de vue du but recherché, la frayère à brochet reste désespérement vide et ne permet pas aux brochets de venir s'y reproduire.

Cet espace reste toutefois un espace dit de "zone humide" car l'eau y arrive par infiltration, permettant à de nombreuses espèces (faune et flore) de s'y développer.

 

Déchets de jardin, épluchures de légumes, restes de repas… Tous ces déchets que l’on appelle « déchets verts et fermentescibles » peuvent servir à faire du compost dans votre jardin !

Le compostage est une décomposition des matières organiques par les micro et macro-organismes du sol, tels que les champignons, les vers … Ce processus biologique conduit, après quelque mois de fermentation, au compost, un fertilisant naturel. Chaque personne produit environ 50kg de déchet de cuisine chaque année (source : ADEME.). Le compostage permet de limiter la quantité d'ordures ménagères à traiter et le transport de ces déchets.

Il est possible de composter toute l'année. La fermentation est toutefois ralentie en hiver, quand les températures extérieures sont basses et les déchets de jardins moins importants. Quelle que soit la saison, il est tout de même important d'alimenter régulièrement le composteur afin de maintenir les micro-organismes en activités et de poursuivre la fermentation.

Comment récupérer un composteur ?

Les composteurs sont gérés par le SMITOM auprès de qui vous devez vous renseigner et passer commande (et donc effectuer le paiement), voir lien: Information_Composteur

 

 

Loin de toute polémique et axé sur l’information relative à la vie du village, la municipalité édite "l’écho du village".

Vous y trouverez un condensé des principales décisions prises par le conseil municipal, des informations principales ainsi que des reportages sur les manifestations et événements qui ont pu avoir lieu dans le village.  En vous souhaitant une bonne lecture ! (les bulletins sont disponibles dans le dernier paragraphe de la page d'accueil)

A noter que pour les informations courantes, il vous est possible de suivre également notre actualité sur:

Si vous souhaitez obtenir un numéro particulier du bulletin (le numéro 1 datant de juin 2006), vous pouvez venir le commander en mairie.

 

LES ACTUALITES

LA VIE DU VILLAGE

08-09-2020

City Park

City Park

LES PROJETS

12-03-2021

Commerces

Commerces

27-11-2020

Ecologie

Ecologie

26-11-2020

Pistes cyclables

Pistes cyclables

LE BULLETIN DU VILLAGE